Life goes on

Faut-il que je me penche sur les trous dans ce journal, les affreux trous dans mon écriture du Diary qui sont le signe que la vie bat son plein et qu’elle parvient subrepticement, comme le lierre, à étouffer l’écriture, cette chose si vivante au fond, mais qui demande justement, à la vie de se taire, de se coucher comme un chien aux pieds de son maître. Le lierre dont les racines grimpent autour de la plante qui cherche à donner fleur. Or, de fleur, en ce moment, il n’y en a pas. Mon roman, Les Aoûtiens sont frigorifiés, ils attendent sur leur île, le bateau qui les mènera au continent. Je les vois d’ici, debouts sur le quai du port, seuls sous le vent qui les penche.

IMG_0228 2
VasaMuseet – Strid : en suédois, battle

Donc que dire pour combler les trous, les vides de mots que la vie a rempli de son flot d’actions : rangements, travaux, peintures, poussières, courses de Noël, cuisine, voyage en voiture, ballades nostalgiques dans le Vercors, heureuses retrouvailles en famille, bavardages, disputes et discussions.

En attendant,Lire la suite »

Migration

Les oiseaux se sont réunis dans les arbres touffus, ils font un bruit de volière. Leurs pépiements s’embrasent. Il y a comme une excitation, une attente légère dans l’atmosphère de ce matin d’automne. Par volée de cinq ou dix, ils survolent la maison dans un froissement d’ailes l’air claque au-dessus de moi. Je me suis […]

Septembre

fullsizeoutput_9fd

Septembre, cap à l’Ouest.

Nouvelle destination, nouveaux projets et toujours la vie, mystérieuse, intéressante, ouverte. L’horizon ? On le distingue sans savoir ce qu’il nous réserve, s’il y aura des alizés, des tempêtes. Il y a une mer à traverser, un océan d’inconnues. Mais où sont mes livres ? Dans quel carton vais-je trouver celui qui me guidera ?

Celui qui retracera pour moi Lire la suite »